Fanny Grimard est née à Montréal en 1980. Trois ans plus tard, ses parents découvrent qu’elle est malentendante de naissance. Elle a suivi de nombreuses thérapies, à l’université McGill notamment, pour apprendre à entendre et à parler à une époque où les malentendants devaient s’exprimer par le langage des signes. Elle a toute de suite été confrontée aux sons. Depuis, elle vit à cheval entre deux mondes, un monde de bruit et l’autre, de silence.

Au 21e siècle, tout va trop rapidement, la compétition nous pousse à aller plus vite dans la vie, dans notre travail jusqu’à nous étourdir. Fanny Grimard nous invite à arrêter le temps, à admirer ce que l’on a, à tomber dans le silence pour reprendre notre souffle. Elle veut nous faire entrer dans sa bulle, être face à soi-même.

Dans son travail, l’artiste joue avec le temps d’exposition à la prise de vue et en postproduction, arrêtant ainsi la présence de mouvement. Tout semble figé dans l’image, il n’y a aucun illusion du mouvement. On peut y voir là une métaphore à l’absence de bruits auxquels elle est confrontée, un retour à ses sources. Les paysages qu’elle capte deviennent, donc eux aussi, assis entre deux mondes, celui du réel et de l’irréel.

Elle cherche à forcer le spectateur à prendre le temps d’observer ce moment précis qu’elle a capté. Ce moment bref, qu’on ne retrouvera jamais, éphémère.